L'Histoire par l'autre bout de la lorgnette

Justice !  Frédéric Borgella

« Quand nous en avions un tas, de ces voyous,
que l’on trouvait dans les greniers et les caves,
on creusait pour eux, un énorme trou de 5 mètres
de diamètre, sur 1 mètre 60 c. de profondeur.
« Nos gendarmes, alors, les poussaient à coups
de crosse dans le trou, où ils en empilaient tant
qu’il en pouvait tenir. Puis, reculant de deux pas,
ils faisaient feu à volonté dans le tas.
« Tant que ça grouillait, nous tirions... »


Rescapé de la Semaine sanglante, c’est en exil à
Londres que P. F. Borgella, aide de camp de Rossel
pendant la Commune, rédige l’un des textes les plus
puissants sur les horreurs de la répression et des
crimes de l’armée versaillaise et du gouvernement
de Thiers. Des pages écrites à chaud pour que Justice
soit rendue aux victimes de la barbarie bourgeoise,
et pour que les vérités ne soient elles aussi ensevelies
dans les charniers de l’Histoire.


 Le bas du pavé

Au Moyen Âge, l’expression « tenir le haut du pavé » résumait à elle seule le degré des inégalités sociales.

Les rues des villes qui étaient pavées, et dépourvues de trottoir, avaient une forme concave, afin qu’en leur milieu les eaux usées et les ordures puissent s’écouler. Il était donc préférable de marcher en leur partie haute, près des habitations. Mais, lorsqu’une femme ou un homme du peuple croisaient un noble, un membre de la « haute société », ils laissaient le passage propre et sec, le haut du pavé, au « grand homme » et marchaient dans l’égout à ciel ouvert. Ainsi en allait-il des convenances.           Et depuis, c’est toujours de ce fameux « haut du pavé »que l’Histoire a été racontée et écrite.            

Les éditions Le bas du pavé proposent un autre point de vue, celui des « gens de peu », des humbles, des anonymes, s'’inspirant de la citation d’Howard Zinn : « Tant que les lapins n’auront pas d’historiens, l’Histoire sera racontée par les chasseurs »...  Le point de vue des femmes et des hommes auxquels étaient réservés le bas du pavé... 

A travers sa collection « Hors sentiers », Le bas du pavé réédite également des textes anciens en lien avec l'Histoire locale, toujours indispensables pour comprendre le présent et l'évolution d'une ville, d'une région.